Le mercredi 28 août, l'Office national de l'énergie est devenu la Régie de l'énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d'information sur la mise en oeuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l'énergie

Profils énergétiques des provinces et territoires – Ontario

Ontario
Table des matières
  • Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Source et description :

    Source :
    Office – Avenir énergétique du Canada en 2018

    Description :
    Ce graphique illustre la production d’hydrocarbures en Ontario de 2007 à 2017. Au cours de cette période, la production de pétrole brut a diminué, passant de 1,9 kb/j à 0,6 kb/j. La production de gaz naturel a diminué, passant de 21 Mpi³/j à 8 Mpi³/j.

  • Figure 2 : Production d’électricité par type de combustible (2017)

    Figure 2 :Production d’électricité par type de combustible (2017)

    Source et description :

    Source :
    Statistique Canada (Tableaux 25-10-0020-01 and 25-10-0019-01), estimations de l'Office

    Description :
    Ce diagramme circulaire illustre la production d’électricité en Ontario par méthode de production. En 2017, la production totale d’électricité s’est élevée à 152,0 TWh.

  • Figure 3 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Figure 3 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Source et description :

    Source :
    Office, Ressources naturelles Canada

    Description :
    Cette carte montre les installations de production d’électricité en Ontario. On y indique leur capacité et leur source du combustible primaire.

    Télécharger :
    Version PDF [3537 ko]

  • Figure 4 : Carte de l’infrastructure de pétrole brut

    Figure 4 : Carte de l’infrastructure de pétrole brut

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette carte montre tous les principaux oléoducs ainsi que les principales voies ferrées et raffineries en Ontario.

    Télécharger :
    Version PDF [537 ko]

  • Figure 5 : Carte de l’infrastructure de gaz naturel

    Figure 5 : Carte de l’infrastructure de gaz naturel

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette carte montre tous les principaux gazoducs en Ontario.

    Télécharger :
    Version PDF [1063 ko]

  • Figure 6 : Demande pour utilisation finale par secteur (2016)

    Figure 6 : Demande pour utilisation finale par secteur (2016)

    Source et description :

    Source :
    Office – Avenir énergétique du Canada en 2018

    Description :
    Ce diagramme circulaire présente la demande d’énergie pour utilisation finale en Ontario par secteur. En 2016, la demande d’énergie pour utilisation finale a totalisé 3 000 PJ. Le secteur industriel vient au premier rang avec 38 % de la demande totale, suivi des transports (29 %), puis des secteurs résidentiel (18 %) et commercial (15 %).

  • Figure 7 : Demande pour utilisation finale par combustible (2016)

    Figure 7 : Demande pour utilisation finale par combustible (2016)

    Source et description :

    Source :
    Office – Avenir énergétique du Canada en 2018

    Description :
    Cette figure illustre la demande pour utilisation finale par type de combustible en Ontario en 2016. Les produits pétroliers raffinés ont compté pour 1 428 PJ (48 %) de la demande, suivis du gaz naturel, avec 841 PJ (28 %), de l’électricité, à 485 PJ (16 %), des biocarburants, à 131 PJ (4 %) et des autres combustibles, à 115 PJ (4 %).

    Remarque : Les autres combustibles comprennent le charbon, le coke et le gaz de cokerie.

  • Figure 8 : Émissions de GES par secteur

    Figure 8 : Émissions de GES par secteur

    Source et description :

    Source :
    Environnement et Changement climatique Canada – Rapport d'inventaire national

    Description :
    Ce graphique à colonnes empilées illustre les émissions de GES en Ontario par tranches de cinq ans, de 1990 à 2016 en Mt d’éq. CO2. Les émissions totales de GES ont diminué en Ontario, passant de 179 Mt d’éq. CO2 en 1990 à 161 Mt en 2016.

Production d’énergie

Pétrole brut

  • L’Ontario a produit 600 barils par jour (kb/j) de pétrole léger en 2017 (figure 1), soit moins de 0,1 % de la production canadienne totale de pétrole.
  • C’est en Ontario qu’a eu lieu la première production commerciale de pétrole au Canada, lorsqu’un gisement a été découvert en 1858, près de la ville de Black Creek (plus tard renommée Oil Springs). D’importants gisements de pétrole ont été découverts en 1860 à Petrolia, tout juste au nord d’Oil Springs.
  • L’ensemble de la production de pétrole de l’Ontario se fait dans le sud-ouest de la province.

Produits pétroliers raffinés

  • L’Ontario compte quatre raffineries, soit celles de L’Impériale, de Suncor et de Shell à Sarnia, et celle de L’Impériale à Nanticoke. Ces raffineries ont une capacité totale de 390 kb/j, ce qui confère à l’Ontario la deuxième capacité de raffinage au Canada, après l’Alberta, et représente 20 % de la capacité totale de raffinage au pays.

  • L’Ouest canadien a répondu à la plus grande partie de la demande des raffineries de l’Ontario en 2017. Les importations des États-Unis ont compté pour 20 % du total de pétrole brut consommé par les raffineries de l’Ontario.

Gaz naturel et liquides de gaz naturel (LGN)

  • En 2017, on a produit en moyenne 7,7 millions de pieds cubes par jour (Mpi³/j) de gaz naturel en Ontario (figure 1), soit moins de 1 % de la production canadienne totale cette année-là.
  • Le gaz naturel est produit dans le sud-ouest de la province, près de Sarnia.
  • Il n’y a pas de production sur le terrain de LGN en Ontario. Les raffineries de la province produisent du propane et du butane en petites quantités.

Électricité et ressources renouvelables

  • En 2017, l’Ontario a produit 152,0 térawattheures (TWh) d’électricité (figure 2), ce qui correspond approximativement à 24 % de la production totale d’électricité au Canada. L’Ontario vient au deuxième rang au pays à ce chapitre, avec une capacité de production de 40 123 mégawatts (MW).
  • Environ 90 % de l’électricité produite en Ontario provient de sources sans émissions de carbone : 58 % de l’énergie nucléaire, 22 % de l’hydroélectricité, 8 % de l’énergie éolienne et 2 % de l’énergie solaire. Les 9 % restants proviennent principalement du gaz naturel, de la biomasse et du diesel. Les installations de production d’électricité de l’Ontario sont surtout situées dans le sud de la province, mais on trouve de grandes centrales hydroélectriques dans l’est, sur la rivière des Outaouais, et dans le nord-est, dans le bassin de la rivière Moose (figure 3).
  • Trois centrales nucléaires ayant une capacité combinée de 13 500 MW fournissent la production de base de l’Ontario. La centrale Bruce [anglais seulement], située sur la rive est du lac Huron, est la plus imposante, avec huit réacteurs et une capacité d’environ 6 600 MW. Il s’agit d’une des plus grandes centrales nucléaires en exploitation dans le monde à l’heure actuelle.
  • L’Ontario compte plus de 66 centrales hydroélectriques dont la capacité totale de production s’élève à 8 872 MW.
  • L’Ontario vient au premier rang au Canada pour la capacité éolienne. Environ 4 826 MW de capacité éolienne ont été ajoutés entre 2005 et 2017.
  • Environ 98 % de la capacité en énergie solaire du Canada provient d’installations situées en Ontario. En 2017, la capacité de production à partir de l’énergie solaire en Ontario se chiffrait à 2 291 MW.
  • Ontario Power Generation [anglais seulement] est la plus grande société de services publics dans le marché de l’électricité concurrentiel de l’Ontario, avec une capacité de plus de 16 000 MW.

Transport et commerce de l’énergie

Pétrole brut et liquides

  • Sarnia constitue le plus important carrefour de pétrochimie, d’oléoducs et de raffinage en Ontario. Elle reçoit du pétrole brut de l’Ouest canadien et du Dakota du Nord par l’intermédiaire des canalisations 5 et 6B d’Enbridge, dont la capacité respective est de 540 kb/j et 500 kb/j (figure 4).
  • Les canalisations 9 et 7 d’Enbridge s’étendent vers l’est depuis Sarnia et approvisionnent les raffineries de l’Est de l’Ontario et du Québec. La canalisation 9 a une capacité 300 kb/j et transporte du pétrole brut vers Westover (Ontario) et Montréal (Québec). La canalisation 7 possède une capacité of 180 kb/j; elle achemine aussi du pétrole brut vers Westover. À cet endroit, les deux pipelines se raccordent aux canalisations 10 et 11 d’Enbridge.
  • La canalisation 10, d’une capacité de 74 kb/j, alimente en pétrole brut la raffinerie d’Union Oil à Warren, en Pennsylvanie. D’une capacité de 117 kb/j, la canalisation 11 approvisionne la raffinerie de l’Impériale, à Nanticoke.
  • Le pipeline Trans-Nord transporte des produits pétroliers raffinés, comme de l’essence et du diesel, et relie les raffineries de Montréal, au Québec, aux plus importants marchés et centres de distribution en Ontario.
  • Il n’y a pas d’installation de déchargement ferroviaire de pétrole brut en Ontario.

Gaz naturel

  • Le réseau principal de TransCanada prend son origine à la frontière de la Saskatchewan et de l’Alberta et transporte du gaz naturel de l’Ouest canadien à travers les Prairies vers l’Ontario (figure 5).
  • Le réseau principal se raccorde à d’autres canalisations à plusieurs points d’importation et d’exportation dans le Sud de l’Ontario. Il rejoint également le pipeline Trans-Québec et Maritimes (TQM) à la frontière entre l’Ontario et le Québec.
  • L’Ontario était traditionnellement une province consommatrice de gaz naturel de l’Ouest canadien; il y circulait plus de gaz naturel vers les États-Unis qu’elle en importait. Ces dernières années, elle est devenue importatrice nette et elle a augmenté ses importations de gaz du Nord-Est des États-Unis et du centre du continent.
  • Le carrefour Dawn, une des principales plaques tournantes de commerce de gaz naturel et d’établissement des prix de référence en Amérique du Nord, est situé en Ontario. Avec une capacité d’environ 240 milliards de pieds cubes (Gpi³), Dawn est le lieu d’entreposage souterrain d’environ 30 % du gaz naturel au Canada.
  • Les deux plus grandes sociétés de distribution de l’Ontario sont Union Gas [anglais seulement] et Enbridge Gas Distribution Inc. (EGDI). Union Gas exploite plus 69 000 km de canalisations de réseau, d’approvisionnement et de transport en Ontario, en plus de desservir 1,4 million de clients dans au-delà de 400 collectivités. EGDI exploite plus de 82 600 km de canalisations en Ontario et dessert 2,1 millions de clients dans plus de 100 collectivités. Union Gas et EGDI sont toutes deux assujetties à la réglementation de la Commission de l’énergie de l’Ontario.
  • Enbridge Gas Distribution Inc. et Union Gas appartiennent à la même entité depuis qu’Enbridge et Spectra Energy, la société mère d’Union Gas, ont fusionné en février 2017. Le 30 août 2018, la Commission de l’énergie de l’Ontario a approuvé la demande de fusion des deux services publics et l’a modifiée le 17 septembre 2018. La date d’entrée en vigueur est le 1er janvier 2019.

Gaz naturel liquéfié (GNL)

  • Union Gas exploite une petite usine de GNL près de Sudbury, en Ontario, qui est en activité depuis 1968.
  • La société Northeast Midstream [anglais seulement] a proposé une autre usine de GNL de petite taille à Thorold, en Ontario. Le projet a reçu les permis locaux et provinciaux; la capacité proposée est de 31,3 Mpi³/j. Deux autres petits projets de GNL dans le nord de l’Ontario ont été proposés par Northeast Midstream; la mise en service est attendue en 2020.

Électricité

  • La plupart des échanges commerciaux d’électricité de l’Ontario se font du nord au sud [anglais seulement]. En 2017, les exportations interprovinciales et internationales nettes d’électricité de l’Ontario ont totalisé 13,1 TWh.
  • Hydro One [anglais seulement] possède et exploite presque toute la capacité de transport de l’Ontario, notamment 29 000 km de lignes de transport. Il existe plus de 70 sociétés de distribution en activité en Ontario.
  • L’Ontario a des interconnexions avec le Manitoba, le Québec, le Michigan, le Minnesota et l’État de New York.

Consommation d’énergie et émissions de gaz à effet de serre (GES)

Consommation totale d’énergie

  • En 2016, la demande pour utilisation finale en Ontario a totalisé 3 000 pétajoules (PJ). Le secteur industriel vient au premier rang pour la demande d’énergie, avec 38 % de la demande totale, suivi des transports, à 29 %, du secteur résidentiel, à 18 %, et du secteur commercial, à 15 % (figure 6). L’Ontario arrive au deuxième rang au Canada pour la demande totale d’énergie et au neuvième rang pour la plus forte consommation par habitant.
  • Les produits pétroliers raffinés ont été le principal type de combustible utilisé en Ontario, à 1 428 PJ, ou 48 %. Suivent le gaz naturel et l’électricité avec 841 PJ (28 %) et 485 PJ (16 %), respectivement (figure 7).

Produits pétroliers raffinés

  • Les raffineries dans la province peuvent produire à peu près 75 % de la demande de produits pétroliers raffinés de l’Ontario, y compris l’essence. Les importations proviennent principalement du Québec, par le pipeline Trans Nord, par train et par camion. Il y a aussi des importations qui viennent du Midwest américain. En 2017, environ 17 % du total des produits pétroliers raffinés importés au Canada étaient destinés au marché ontarien.
  • L’Ontario constitue le plus grand marché au Canada pour les produits pétroliers raffinés. En 2017, la demande totale de produits pétroliers raffinés en Ontario s’est élevée à 562 kb/j, soit 31 % de la demande pour l’ensemble du Canada. De ce volume, on estime que 284 kb/j étaient pour l’essence automobile et 130 kb/j pour le diesel.
  • En 2017, l’utilisation de produits pétroliers raffinés par habitant a été de 2 298 litres (14,4 barils) en Ontario, la plus faible au Canada. La consommation de produits pétroliers raffinés par habitant en Ontario est inférieure de 20 % à la moyenne nationale de 2 886 litres par habitant. 

Gaz naturel

  • En 2017, la consommation de gaz naturel de l’Ontario a totalisé en moyenne 2,1 milliards de pieds cubes par jour (Gpi³/j), soit 24 % de la demande canadienne totale, ce qui fait de cette province la plus grande consommatrice de gaz naturel au pays après l’Alberta.
  • En 2017, le plus grand consommateur de gaz naturel en Ontario a été le secteur industriel, avec 0,84 Gpi³/j. Les secteurs résidentiel et commercial ont consommé 0,77 Gpi³/j et 0,54 Gpi³/j, respectivement.

Électricité

  • En 2016, la consommation d’électricité par habitant en Ontario s’est établie à 10,0 mégawattheures (MWh). La province arrive au onzième rang au Canada pour la consommation d’électricité par habitant, qui se situe à 33 % sous la moyenne nationale.
  • En Ontario, c’est le secteur commercial qui a enregistré la plus forte consommation d’électricité en 2016, avec 46,2 TWh. Viennent ensuite les secteurs résidentiel et industriel, à 45,7 TWh et 42,5 TWh, respectivement. La demande d’électricité en Ontario n’a augmenté que de 3 % depuis 2005.

Émissions de GES

  • En 2016, les émissions de GES de l’Ontario ont totalisé 160,6 mégatonnes (Mt) d’équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2), une baisse de 10 % depuis 1990.Note de bas de page 1
  • Les émissions par habitant de l’Ontario sont les troisièmes plus basses au Canada, à 11,5 tonnes d’éq. CO2, soit 41 % sous la moyenne nationale de 19,4 tonnes par habitant.
  • Les secteurs qui émettent le plus de GES en Ontario sont les transports, avec 35 % du total, les bâtiments (résidentiels et commerciaux), à 21 %, et les industries lourdes (fer, acier et produits chimiques), à 19 % (figure 8).
  • En 2016, les émissions de GES du secteur pétrolier et gazier de l’Ontario ont totalisé 9,4 Mt d’éq. CO2. De ce total, 1,9 Mt étaient attribuables à la production, à la transformation et au transport, et 7,5 Mt découlaient du raffinage du pétrole et de la distribution du gaz naturel.
  • En 2016, le secteur de la production d’électricité de la province a émis 4,5 Mt d’éq. CO2, soit 6 % du total des émissions canadiennes de GES provenant de la production d’électricité. Les émissions de GES de l’Ontario découlant de la production d’énergie ont connu un sommet en 2000, à 42,6 Mt d’éq. CO2, puis ont diminué au fur et à mesure qu’a été délaissée la production d’énergie par le charbon, de 2005 à 2014.

Complément d’information

Date de modification :