Le mercredi 28 août, l’Office national de l’énergie est devenu la Régie de l’énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d’information sur la mise en œuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie

Rentabilité de l’énergie solaire au Canada

Résumé

  • Le présent rapport traite de la viabilité financière de projets d’énergie solaire typiques dans plus de 20 000 collectivités canadiennes. D’abord, il présente une estimation de la quantité d’énergie que les projets pourraient produire et le coût de cette production, puis une comparaison de ce coût au prix local de l’électricité pour déterminer s’il est rentable d’installer des réseaux solaires. Cette analyse porte sur quatre types de projets : résidentiels, commerciaux, communautaires et à des fins commercialesNote de bas de page 1.
  • La compétitivité de la production d’énergie solaire dans une province ou un territoire dépend généralement plus du prix local de l’électricité que du taux d’ensoleillement de l’endroit en question.
  • Les compteurs intelligentsNote de bas de page 2 pourraient accroître le nombre d’initiatives solaires résidentielles, commerciales et communautaires, parce qu’ils contribuent à augmenter la valeur de l’électricité produite en plein jour et à améliorer la rentabilité de l’énergie solaire. Même si les compteurs intelligents ne sont largement répandus que dans quelques provinces (aucun territoire), le rapport évalue les retombées économiques de leur éventuelle adoption à grande échelle.
  • Le rapport estime le rendement de l’énergie solaire selon trois scénarios de coût d’installation d’un réseau solaire : aujourd’hui, dans un proche avenir et dans un avenir à coûts faibles. Ces scénarios reposent sur le fait que les coûts d’installation de réseaux solaires diminuent au fil du temps, tendance qui devrait vraisemblablement se poursuivre. Par conséquent, les prix au seuil de rentabilité continueront aussi de baisser.
  • Quelques provinces et territoires ont des programmes de remise pour les projets résidentiels, commerciaux et communautaires. Puisque ces programmes ne sont pas toujours permanents, ils sont exclus des coûts d’installation d’aujourd’hui. Néanmoins, si on en tient compte, ces coûts se rapprochent de ceux d’installation dans un proche avenir ou dans un avenir à coûts faibles.
  • Le rapport utilise quelques méthodes financières de base, par exemple la prise en compte du rendement possible si l’argent nécessaire à l’installation d’un réseau solaire était investi ailleurs. Cette méthode aide à déterminer le prix de l’électricité au seuil de rentabilité, c’est-à-dire le prix nécessaire pour que le propriétaire d’un projet recouvre tous ses coûts. Dans le cas où un réseau solaire serait installé seulement pour des raisons environnementales, son seuil de rentabilité serait inférieur à ceux indiqués dans le présent rapport, mais cette valeur ne serait peut-être pas un bon indicateur des économies réalisées par le propriétaire.

Faits saillants pour les réseaux solaires résidentiels

  • À l’heure actuelle, le seuil de rentabilité des réseaux solaires résidentiels est inférieur au prix de l’électricité pour les consommateurs résidentiels de la plupart des collectivités de l’Île-du-Prince-Édouard et de la Saskatchewan. Ainsi, la majorité des propriétaires résidentiels de ces provinces pourraient économiser s’ils installaient un réseau solaire. Il en va de même pour les nombreux propriétaires ontariens dont la résidence est munie d’un compteur intelligent, qui permet d’appliquer des tarifs selon l’heure de consommation. En Nouvelle-Écosse et en Alberta, des programmes de remise rapprochent les coûts actuels de ceux d’un avenir à coûts faibles. De ce fait, les propriétaires de presque partout en Nouvelle-Écosse pourraient réaliser des économies grâce à l’énergie solaire. Ceux de bien des collectivités albertaines le pourraient aussi, à condition d’avoir des compteurs intelligents.
  • Le seuil de rentabilité des réseaux solaires résidentiels est également inférieur au prix résidentiel de l’électricité aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Les propriétaires résidentiels pourraient donc économiser s’ils installaient des réseaux solaires. Cependant, le coût d’installation dans les territoires est vraisemblablement supérieur à celui supposé dans la présente étude, en raison de l’éloignement. Les propriétaires résidentiels yukonnais pourraient aussi économiser grâce à l’énergie solaire, si des compteurs intelligents étaient installés dans les maisons.
  • Dans un avenir à coûts faibles, les réseaux solaires résidentiels devraient permettre à des propriétaires de nombreuses collectivités canadiennes de réaliser des économies.

Si ces bilans Tableau ralentissent le fonctionnement de votre ordinateur, vous pouvez les télécharger tous ensemble au préalable. Les données en Tableau : résultats solaires [TWBX 30 MB] Il vous faudra alors un lecteur Tableau pour les consulter, dont le téléchargement est gratuit.

Figure R1 : Seuil de rentabilité moyen des réseaux solaires résidentiels par rapport au prix de l’énergie dans chaque province et territoire (incluant certains coûts variables). Le vert indique qu’il coûte moins cher de produire de l’énergie solaire que d’acheter de l’électricité d’un service public, et le rouge, qu’il en coûte plus cher. Les données présentées ici sont des moyennes; le seuil dans chaque collectivité peut différer de la moyenne provinciale ou territoriale.

Description :

Les cartes montrent les seuils de rentabilité des réseaux solaires résidentiels en pourcentage des prix résidentiels de l’électricité au Canada. Les réseaux solaires résidentiels ne sont actuellement concurrentiels que dans quelques provinces et territoires. Dans un avenir à coûts faibles, il devrait coûter moins cher de produire de l’électricité avec ces réseaux que de l’acheter, et ce, dans la plupart des provinces et territoires.

Les données ouvertes peuvent être utilisées et transmises librement. Les données pour ces graphiques sont disponibles.

Faits saillants pour les réseaux solaires commerciaux

  • À l’heure actuelle, le seuil de rentabilité des réseaux solaires commerciaux est inférieur au prix de l’électricité pour les entreprises dans la plupart des collectivités de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse et de l’Ontario. Ainsi, les entreprises de ces collectivités pourraient économiser si elles installaient un réseau solaire. Il en va de même pour les entreprises de la plupart des collectivités du Nouveau-Brunswick, à condition que des compteurs intelligents soient installés. En Saskatchewan, des programmes de remise rapprochent les coûts actuels de ceux d’un proche avenir, et en Alberta, de ceux d’un avenir à coûts faibles. De ce fait, les entreprises de la plupart des collectivités de ces deux provinces pourraient réaliser des économies grâce à l’énergie solaire.
  • Le seuil de rentabilité des réseaux solaires commerciaux est également inférieur au prix de l’électricité pour les entreprises aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Les entreprises pourraient donc économiser si elles installaient des réseaux solaires. Cependant, le coût d’installation dans les territoires est vraisemblablement supérieur à celui supposé dans la présente étude, en raison de l’éloignement. Les entreprises yukonnaises pourraient aussi économiser grâce à l’énergie solaire, si des compteurs intelligents étaient installés.
  • Dans un avenir à coûts faibles, les réseaux solaires commerciaux devraient permettre à des entreprises de nombreuses collectivités canadiennes de réaliser des économies.

Figure R2 : Seuil de rentabilité moyen des réseaux solaires commerciaux par province et territoire, par rapport au prix typiquement facturé. Le vert indique qu’il coûte moins cher de produire de l’énergie solaire que d’acheter de l’électricité d’un service public, et le rouge, qu’il en coûte plus cher. Les données présentées ici sont des moyennes; le seuil dans chaque collectivité peut différer de la moyenne provinciale ou territoriale.

Description :

Les cartes montrent les seuils de rentabilité des réseaux solaires commerciaux en pourcentage des prix typiques de l’électricité au Canada. Les réseaux solaires commerciaux sont actuellement concurrentiels dans plusieurs provinces et territoires. Dans un avenir à coûts faibles, il devrait coûter moins cher de produire de l’électricité avec ces réseaux que de l’acheter, et ce, dans la plupart des provinces et territoires.

Les données ouvertes peuvent être utilisées et transmises librement. Les données pour ces graphiques sont disponibles.

Faits saillants pour les réseaux solaires communautaires

  • l’heure actuelle, le seuil de rentabilité des réseaux solaires communautaires est inférieur au prix de l’électricité pour la plupart des collectivités de l’Île-du-Prince-Édouard, de la Nouvelle-Écosse, de l’Ontario et de la Saskatchewan. Ainsi, la majorité des collectivités de ces provinces pourraient économiser si elles installaient des réseaux solaires. Il en va de même pour de nombreuses collectivités du Québec et de l’Alberta, à condition que des compteurs intelligents soient installés. De plus, en Alberta, des programmes de remise rapprochent les coûts actuels de ceux qui seraient en vigueur dans un avenir à coûts faibles. De ce fait, la majorité des collectivités de cette province pourraient réaliser des économies grâce à l’énergie solaire.
  • Le seuil de rentabilité des réseaux solaires communautaires est également inférieur au prix de l’électricité aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Les collectivités pourraient donc économiser si elles installaient des réseaux solaires. Cependant, le coût d’installation dans les territoires est vraisemblablement supérieur à celui supposé dans la présente étude, en raison de l’éloignement. Les collectivités yukonnaises pourraient aussi économiser grâce à l’énergie solaire, si des compteurs intelligents étaient installés.
  • Dans un avenir à coûts faibles, les réseaux solaires communautaires devraient permettre à la plupart des Canadiens de réaliser des économies.

Figure R3 : Seuil de rentabilité moyen des réseaux solaires communautaires par province et territoire, par rapport au prix typiquement facturé. Le vert indique qu’il coûte moins cher de produire de l’énergie solaire que d’acheter de l’électricité d’un service public, et le rouge, qu’il en coûte plus cher. Les données présentées ici sont des moyennes; le seuil dans chaque collectivité peut différer de la moyenne provinciale ou territoriale.

Description :

Les cartes montrent les seuils de rentabilité des réseaux solaires communautaires en pourcentage des prix de l’électricité typiques au Canada. Les réseaux solaires communautaires sont actuellement concurrentiels dans plusieurs provinces et territoires. Dans un avenir à coûts faibles, il devrait coûter moins cher de produire de l’électricité avec ces réseaux que de l’acheter, et ce, presque partout au Canada.

Les données ouvertes peuvent être utilisées et transmises librement. Les données pour ces graphiques sont disponibles.

Faits saillants pour les réseaux solaires à des fins commerciales

  • À cause des droits provinciaux, soit les frais que les producteurs paient pour couvrir certains coûts comme ceux du transport d’électricité, le seuil de rentabilité des réseaux solaires à des fins commerciales est supérieur au prix de l’électricité dans toutes les provinces, rendant ainsi ces réseaux non rentables. Si aucun droit n’est imposé aux propriétaires de réseau (p. ex. l’électricité est achetée par un tiers qui s’acquitte des droits), le seuil de rentabilité dans quelques collectivités de la Nouvelle-Écosse est actuellement inférieur au prix de l’électricité, lorsque l’on tient compte des primes liées à l’heure de consommation. Il en va de même dans quelques collectivités de l’Île-du-Prince-Édouard, si on ajoute à ces conditions l’installation de suiveurs solairesNote de bas de page 3.
  • Le seuil de rentabilité des réseaux à des fins commerciales est inférieur au prix de l’électricité aux Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. Ces réseaux permettraient ainsi aux consommateurs d’économiser. Cependant, le coût d’installation dans les territoires pourrait être supérieur à celui supposé dans la présente étude, en raison de l’éloignement. Au Yukon, les réseaux à des fins commerciales pourraient également être rentables si les producteurs recevaient des primes liées à l’heure de consommation.
  • Les coûts devront baisser pour que l’installation de réseaux devienne rentable dans certaines collectivités de la Saskatchewan. Dans un avenir à coûts faibles, le seuil de rentabilité sera atteint dans de nombreuses collectivités canadiennes, à condition que les droits soient abaissés ou éliminés.
  • Selon les coûts d’installation supposés, au Canada, les projets à des fins commerciales avec suiveur solaire sont plus avantageux sur le plan économique que les projets à support fixe. Le coût supplémentaire associé à l’installation de suiveurs solaires est plus que compensé par l’accroissement des revenus.

Figure R4 : Seuil de rentabilité moyen des réseaux solaires à des fins commerciales par rapport au prix de gros provincial ou au tarif d’entreprise pour service de grande puissance. Le vert indique qu’il coûte moins cher de produire de l’énergie solaire que d’acheter de l’électricité au prix de gros typique, et le rouge, qu’il en coûte plus cher. Les données présentées ici sont des moyennes; le seuil dans chaque collectivité peut différer de la moyenne provinciale ou territoriale.

Description :

Les cartes montrent les seuils de rentabilité des réseaux solaires à des fins commerciales en pourcentage des prix de gros de l’électricité typiques au Canada. Les réseaux solaires à des fins commerciales sont actuellement concurrentiels dans seulement quelques provinces et territoires. Dans un avenir à coûts faibles, ils devraient l’être dans environ la moitié des provinces et territoires. Ils ne le sont nulle part, dans tous les scénarios de coûts, si les droits provinciaux sont appliqués.

Les données ouvertes peuvent être utilisées et transmises librement. Les données pour ces graphiques sont disponibles.

Date de modification :