Le mercredi 28 août, l’Office national de l’énergie est devenu la Régie de l’énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d’information sur la mise en œuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie

Aperçu du marché : Le Québec est l’un des plus importants marchés pour l’essence automobile au Canada

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@cer-rec.gc.ca.

Date de diffusion : 2019-08-07

La consommation Québécoise s’élève à 165 milliers de barils par jour (kb/j), soit environ 21 % de la demande canadienne totaleNote de bas de page 1. L’essence consommée au Québec est produite en très grande partie sur place, mais une certaine proportion est importée des États-Unis et d’ailleurs dans le monde. Le Québec joue aussi un rôle de premier plan dans l’approvisionnement en essence de l’Ontario.

La chaîne d’approvisionnement du Québec pour l’essence débute par des arrivages de pétrole brut de l’Ouest canadien et des importations des États-Unis et d’autres pays. Les raffineries et les terminaux de stockage du Québec s’alimentent en pétrole brut dans l’Ouest canadien et aux États Unis par la canalisation 9 d’Enbridge. Une certaine partie est également importée des États-Unis et d’autres pays par navires-citernes. On achemine également du pétrole brut au Québec par chemin de fer.

Le Québec vient au second rang au Canada pour la capacité de raffinage, après l’Alberta. On y compte deux raffineries : Jean Gaulin [anglais seulement] (235 kb/j, deuxième en importance au Canada), à Lévis, et Montréal (137 kb/j). Ensemble, elles ont produit quelque 143 kb/j d’essence en 2018, soit 20 % de toute l’essence produite au CanadaNote de bas de page 2.

Figure 1 : Approvisionnement en pétrole brut du Québec en 2018

Source et description

Source : Statistique Canada, Tableau 25-10-0041-01, Base de données sur le commerce international canadien de marchandises, Estimations de l’Office national de l’énergie

Description : Le diagramme circulaire illustre les sources d’approvisionnement en pétrole brut des raffineries québécoises en 2018. Les États-Unis ont compté pour 52 % ou 168 kb/j. L’Ouest canadien a suivi avec 43 % ou 138 kb/j. Les autres pays – Algérie, Azerbaïdjan et Côte d’Ivoire – ont pour leur part fourni 5 % de cet approvisionnement, soit 15 kb/j.

L’essence produite par les raffineries est acheminée vers des terminaux de stockageNote de bas de page 3 ou des utilisateurs finaux. De la raffinerie Jean Gaulin, l’essence peut être transportée par chemin de fer ou navires ou encore par le pipeline Saint-Laurent. L’essence produite à la raffinerie de Montréal peut être expédiée vers l’Ontario par le pipeline Trans-Nord ou par navires, chemin de fer et camions.

Figure 2 : Infrastructure des produits raffinés au Québec

Figure 2 : Infrastructure des produits raffinés au Québec
Source et description

Source : Office

Description : Cette carte indique l’infrastructure de transport des produits raffinés dans le Sud du Québec. On y voit la raffinerie Jean Gaulin de Lévis, près de Québec, et celle de Montréal dans la ville du même nom. On y retrouve aussi deux pipelines de produits raffinés, le pipeline Saint-Laurent qui relie les deux raffineries, et le pipeline Trans-Nord qui se rend de la raffinerie de Montréal jusqu’en Ontario.

Les prix de l’essence au Québec suivent généralement la moyenne canadienne. Le Québec est bien approvisionné en essence et très bien relié à d’autres grands marchés. En général, les conducteurs québécois paient toutefois leur essence plus chère que leurs voisins ontariens. Cela s’explique par les taxes sur les carburants : 14,7 cents le litre en Ontario contre 19,2 cents le litre au QuébecNote de bas de page 4.

Figure 3 : Prix quotidiens de l’essence ordinaire au Canada (détail)

Source et description

Source : Kent Group Ltd.

Description : Ce graphique présente les prix journaliers ou mensuels de l’essence, de juin 2016 à mai 2018. Les données peuvent être affichées selon le produit (essences ordinaire, intermédiaire et super, ou diesel) ainsi que selon le type de prix (détail, détail excluant les taxes ou gros). Il illustre aussi les prix dans certaines régions (prix moyen au Québec, prix moyen en Ontario et prix moyen au Canada).

Pour un complément d’information sur l’approvisionnement en essence dans diverses parties du Canada, nous vous invitons à lire notre rapport intitulé D’où vient l’essence consommée au Canada?

 

Date de modification :