Le mercredi 28 août, l’Office national de l’énergie est devenu la Régie de l’énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d’information sur la mise en œuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie

Aperçu du marché : L’intensité énergétique et l’intensité des émissions du Canada en baisse depuis des décennies

Date de diffusion : 2019-06-19

La corrélation qui existe entre la consommation d’énergie, les émissions de gaz à effet de serre (GES) et la croissance économique de la population peut être examinée au moyen de quatre variables qui forment l’« équation de Kaya » :Note de bas de page 1

L’équation de Kaya révèle que le Canada, en dépit de sa croissance économique et démographique, a vu son intensité énergétique a diminué de façon constante. Malgré la forte croissance économique que le pays a connue sous l’impulsion des industries à forte intensité énergétique, comme les sables bitumineux, la croissance du PIB des secteurs à moins forte intensité énergétique, comme le secteur commercial et le secteur du bâtiment, a été encore plus soutenue. À ce changement structurel de l’économie canadienne s’ajoute une amélioration de l’efficacité énergétique. L’intensité énergétique du Canada était, en 2017, inférieure de 40 % à celle de 1981 et de 30 % à celle de 1990. Le rapport de l’Office intitulé Transition énergétique du Canada : changements passés et à venir dans les filières énergétiques renferme aussi de l’information sur l’évolution de la consommation d’énergie et des émissions.

Figure 1 : Indice de l’économie, de la consommation d’énergie et des facteurs d’émission au Canada de 1981 à 2017

Source et description

Source : Statistique Canada (tableaux 25-10-0004-01, 25-10-0029-01, 36-10-0222-01, 17-01-0005-01), ECCC – Rapport d’inventaire national 1990-2017

Description : Ce graphique linéaire illustre les diverses variables de l’équation de Kaya pour le Canada entre 1981 et 2017. Les valeurs sont présentées sous forme d’indices par rapport à l’année de référence (1990), sauf pour la population. De 1990 à 2017, le Canada a connu une croissance démographique de 32 % (de 27,7 à 36,7 millions d’habitants). Pendant la même période, le PIB par habitant a augmenté de 39 %, tandis que l’intensité énergétique et les émissions en fonction de l’énergie consommée ont diminué de 29 % et de 9 %, respectivement. Pour sa part, l’intensité des émissions a reculé de 35 % entre 1990 et 2017.

N.B. : Les données sur les émissions de GES du Canada ne sont disponibles que depuis 1990.

Les émissions par unité d’énergie consommée correspondent à l’intensité des émissions de carbone de la composition des carburants au Canada. À mesure que le pays migre vers des sources d’énergie à moins forte intensité carbonique, y compris des sources à émission nulles, les émissions par unité d’énergie consommée continuent de fléchir. Les émissions canadiennes par unité d’énergie consommée étaient 14 % plus faibles en 2017 qu’en 1990. La plus grande partie de l’énergie consommée par les Canadiens provient de combustibles fossiles comme l’essence, le diesel et le gaz naturel. Certaines provinces ont aussi recours au charbon pour produire de l’électricité.

En multipliant les variables de l’équation de Kaya, on obtient les émissions totales de GES. En 2017, les émissions de GES du Canada se sont élevées à 716 mégatonnes (Mt), une diminution nette de 15 Mt ou 2,0 % par rapport à 2005Note de bas de page 3. En vertu de l’Accord de Paris, le Canada s’est engagé à réduire ses émissions de GES de 303 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030.

 

Date de modification :