Le mercredi 28 août, l’Office national de l’énergie est devenu la Régie de l’énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d’information sur la mise en œuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie

Aperçu du marché : Prix de l'essence et rôle du pipeline Trans Mountain dans l'approvisionnement de la Colombie-Britannique

Date de diffusion : 2019-05-15

Prix de l’essence

Le prix au détail de l’essence à la pompe est composé des éléments importants suivants, et des variations de l’un ou l’autre de ceux-ci peuvent se répercuter sur les prix de l’essence dans une région donnéeNote de bas de page 1 :

  • Prix du pétrole brut : Il s’agit du coût des entrants associés au pétrole brut. Les prix du pétrole brut expliquent en partie les fluctuations des prix à la pompe que constatent les consommateurs. Selon Ressources naturelles Canada, en avril 2019, le pétrole brut représentait en moyenne une tranche de 51 cents le litre du prix de l’essence ordinaire à Vancouver, soit 10 % de moins que le prix moyen du pétrole brut au Canada.
  • Marge de raffinage : Il s’agit du coût de transformation du pétrole brut en essence, qui peut être calculé comme étant la différence entre le prix du brut et celui de gros auquel les raffineurs vendent leurs carburants de transport. Il comprend aussi le coût de transport jusqu’aux raffineries. En avril 2019, la marge de raffinage correspondait en moyenne à 52,1 cents le litre du prix de l’essence ordinaire à Vancouver, presque le double de la marge de raffinage moyenne au Canada.
  • Marge de commercialisation : Elle correspond aux coûts qui découlent de la vente de l’essence aux consommateurs dans les postes d’essence locaux. Ces coûts représentent la différence entre les prix de gros et de détail de l’essence avant taxes. Ils comprennent aussi le coût de transport des raffineries jusqu’aux postes d’essence. En avril 2019, la marge de commercialisation correspondait en moyenne à 10,5 cents le litre du prix de l’essence ordinaire à Vancouver, soit quelque 69 % de plus que la marge de commercialisation moyenne au Canada.
  • Taxes : Les taxes perçues par les gouvernements provinciaux et fédéral et parfois les administrations municipales. Il peut s’agir d’une taxe uniforme par litre ou d’un pourcentage du prix. En avril 2019, les taxes représentaient en moyenne 53,9 cents le litre du prix de l’essence ordinaire à Vancouver, soit environ 21 % de plus que les taxes moyennes au Canada.

Figure 1 : Prix quotidens essence ordinaire au Canada (Détail)

Source et description

Source : Kent Group Ltd. [anglais seulement]

Description : Ce graphique présente les prix journaliers ou mensuels de l’essence, de mai 2016 à mai 2018. Les données peuvent être affichées selon le produit (essences ordinaire, intermédiaire et super, ou diesel) ainsi que selon le type de prix (détail, détail excluant les taxes ou gros). Il illustre aussi les prix dans diverses régions (Toronto, Edmonton, Halifax, Montréal et Vancouver), de même que le prix moyen au Canada.

Rôle du pipeline Trans Mountain dans l’approvisionnement en essence de la Colombie-Britannique

En 2018 on a consommé quotidiennement 96 milliers de barils (« kb/j ») d’essence en Colombie Britannique. Cette essence provenait de diverses sources : raffineries de la province, transferts de l’Alberta ou importations par barge des États-Unis.

Le pipeline Trans Mountain occupe deux fonctions dans l’approvisionnement du marché de l’essence de la Colombie-Britannique. Tout d’abord, il permet de l’approvisionner directement en y acheminant 28 kb/jNote de bas de page 2 de produits pétroliers raffinésNote de bas de page 3. Ensuite, il approvisionne aussi la raffinerie Parkland de Burnaby, la plus grande de la province, avec quelque 50 kb/j de pétrole brutNote de bas de page 4 pour transformation en essence et autres produits raffinés. Globalement, le pipeline Trans Mountain joue un rôle de premier plan lorsqu’il s’agit de répondre aux besoins du marché de l’essence britanno-colombien.

Le pipeline Trans Mountain actuel transporte du pétrole brut et du pétrole léger ainsi que des produits pétroliers raffinés dans une seule canalisation qui part d’Edmonton et aboutit dans la région de Burnaby. Ses livraisons se divisent approximativement de la sorte : 70 % de pétrole brut léger, 20 % de pétrole brut lourd et 10 % de produits pétroliers raffinés. Ce pipeline est exploité à sa pleine capacité ou près de sa pleine capacité depuis 2006.

Figure 2 : Volumes transportés et capacité du pipeline Trans MountainNote de bas de page 5

Source et description

Source : Profils des sociétés pipelinières : Trans Mountain

Description : Ce graphique illustre les volumes transportés et la capacité mensuels du pipelinier Trans Mountain de pétroles brut lourd et léger ainsi que de produits pétroliers raffinés, de janvier 2006 à mars 2019.

À l’heure actuelle, Trans Mountain fournit des services de transport à divers expéditeurs. Ces services sont régis par un tarif qui est soumis à la réglementation de l’Office. Le tarif de Trans Mountain [anglais seulement : document 3613331] précise les produits qui peuvent être transportés dans le pipeline, les règles encadrant le processus de commandes d’expédition et la façon dont la capacité pipelinière disponible est attribuée aux expéditeurs.

Le tarif ne peut pas faire de distinctions injustes à l’égard d’un expéditeur ou groupe d’expéditeurs. Plus particulièrement, la Loi sur l’Office national de l’énergie stipule qu’il ne peut y avoir, à l’égard d’une personne ou d’une localité, de distinctions injustes quant aux droits, au service ou aux aménagements. Dans la réalité, cela signifie que, pour le pipelinier Trans Mountain, aucune priorité n’est donnée aux expéditions de pétrole brut lourd, de pétrole brut léger ou de produits pétroliers raffinés.

En dernier ressort, les expéditeurs décident ce qu’ils font transporter, et leurs décisions sont prises en fonction des modalités de leur contrat et du tarif, de la capacité disponible et des forces du marché.

 

Date de modification :