Le mercredi 28 août, l’Office national de l’énergie est devenu la Régie de l’énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d’information sur la mise en œuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l’énergie

Aperçu du marché : Les importations de pétrole brut ont continué à diminuer en 2018

Date de diffusion : 2019-03-20

Le Canada importe environ un baril de pétrole brut pour sept barils et demi qu’il produit. Les importations de pétrole brut ont chuté de 12 % en 2018, passant de 675 milliers de barils par jourNote de bas de page 1 (« kb/j ») en 2017 à 593 kb/j. Les importations de pétrole brut du Canada continuent de provenir principalement des États-Unis. En 2018, plus de 60 % de ces importations provenaient des États-Unis, ce qui représente une hausse d’environ 6 % par rapport à 2017. En outre, la part des importations provenant de l’Arabie saoudite a augmenté, tandis que celle des importations provenant de l’Azerbaïdjan, du Royaume-Uni, de l’Algérie et du Nigeria a reculé par rapport à 2017Note de bas de page 2.

Figure 1 : Importations de pétrole brut du Canada selon le pays

Source et description

Source : Base de données sur le commerce international canadien de marchandises de Statistique Canada

Description : Ce graphique illustre les importations de pétrole brut du Canada selon le pays d’origine, de 2010 à 2018. Les importations ont décliné, passant de 675 kb/j en 2017 à 593 kb/j en 2018. La part des importations au Canada en 2018 était répartie comme suit : 64 % des États-Unis, 18 % de l’Arabie saoudite, 6 % de l’Azerbaïdjan, 3 % de la Norvège, 2 % du Nigeria, 2 % du Royaume-Uni, 2 % de l’Algérie et 3 % d’autres pays.

Les principales provinces importatrices de brut sont le Nouveau-Brunswick, le Québec, l’Ontario et Terre-Neuve-et-Labrador. La majeure partie du pétrole brut importé est acheminé aux raffineries du Nouveau-Brunswick et de Terre-Neuve-et-Labrador par navires-citernes. Bien qu’une partie du pétrole brut importé par les raffineries du Québec arrive par navires-citernes, la majeure partie est acheminée par pipeline des États-Unis. Le pétrole importé des États-Unis peut aussi être acheminé aux raffineries du Nouveau-Brunswick et du Québec par train, mais il ne s’agit pas d’une pratique courante. En Ontario, le pétrole brut importé est acheminé aux raffineries uniquement par pipeline.

Figure 2 : Provenance des importations de pétrole brut vers les provinces de l’Est

Source et description

Source : Base de données sur le commerce international canadien de marchandises de Statistique Canada

Description : Ce graphique illustre les importations vers Terre-Neuve-et-Labrador, le Nouveau-Brunswick, l’Ontario et le Québec en 2017 et en 2018, selon qu’elles proviennent des États-Unis ou d’autres pays. Les importations vers le Nouveau-Brunswick ont diminué pour passer à 231 kb/j en 2018, dont 41 kb/j provenaient des États-Unis. Celles vers le Québec ont reculé pour passer à 153 kb/j, dont 138 kb/j provenaient des États-Unis. Les importations vers Terre-Neuve-et-Labrador ont augmenté pour passer à 95 kb/j, dont 88 kb/j provenaient des États-Unis. Les importations vers l’Ontario, toutes des États-Unis, ont diminué pour passer à 48 kb/j.

 

Date de modification :