Le mercredi 28 août 2019, l'Office national de l'énergie est devenu la Régie de l'énergie du Canada. Pour de plus amples renseignements, consultez la page d'information sur la mise en oeuvre de la Loi sur la Régie canadienne de l'énergie

Transition énergétique du Canada : Changements passés et à venir dans les filières énergétiques – Mise à jour – Évaluation du marché de l'énergie

Vue aérienne de la partie ouest de Vancouver montrant des navires-citernes dans l’inlet Burrard et une chaîne de montagnes au loin.

2. Filières énergétiques

La qualité de vie des Canadiens est étroitement liée à l’énergie. Elle nous garde au chaud l’hiver et au frais l’été, et nous éclaire à toute heure de la journée. Elle permet le transport des personnes, des biens et des services aux quatre coins du pays et de la planète. Presque tous les aspects de la vie moderne en dépendent, de la réfrigération des aliments à la cuisson des repas. Bref, elle assure notre survie dans des conditions extrêmes.

Le secteur de l’énergie contribue également à notre niveau de vie, procurant des emplois à plus de 276 000 Canadiens et comptant pour 10 % du produit intérieur brut (« PIB ») du CanadaNote de bas de page 5. Les 90 % restants dépendent d’ailleurs fortement de l’énergie pour la fourniture de biens et de servicesNote de bas de page 6.

Une filière énergétique regroupe la production, la conversion, le stockage, la distribution et l’utilisation finale de l’énergie. Le tableau 1 décrit les filières énergétiques au Canada, des sources d’énergie primaire aux utilisations finales où l’énergie est convertie en chaleur, en travail ou en matériaux. En ce sens, la demande d’énergie est une demande dérivée, c’est-à-dire qu’elle provient entièrement de notre demande en nécessités de la vie.

Tableau 1 : Filières énergétiques au Canada

Énergie primaire Production Conversion Distribution Utilisation finale
Ressources renouvelables Origine naturelle Les cellules photovoltaïques, les éoliennes, les turbines à vapeur et les turbines hydrauliques convertissent la lumière du soleil, le vent, la chaleur souterraine et le mouvement de l’eau en électricité. Réseau électrique Production d’électricité et consommation
Gaz naturel Forage et extraction Aucune conversion, mais le traitement du gaz naturel en extrait les impuretés et les liquides de gaz naturel. Les installations de gaz naturel liquéfié refroidissent le gaz naturel pour en faciliter le transport. Réseau de pipelines, navire (gaz naturel liquéfié), camion (gaz naturel liquéfié ou comprimé) Chauffage des bâtiments, production d’électricité et consommation, transport, usages non énergétiques
Pétrole brut Forage et extraction Les usines de traitement convertissent le bitume en pétrole brut synthétique. Les raffineries convertissent le pétrole en produits pétroliers tels que l’essence, le diesel, le mazout de chauffage et les combustibles de soute (pour les navires). Pipeline, navire, chemin de fer, camion Transport, chauffage des bâtiments, production d’électricité et consommation, usages non énergétiques
Charbon Exploitation minière Aucune conversion, mais les installations de préparation du charbon nettoient et trient le charbon avant son utilisation par les centrales. Navire, chemin de fer Production d’électricité et consommation, chauffage des bâtiments dans certains cas
Uranium Exploitation minière Les usines de traitement de l’uranium raffinent et enrichissent le minerai d’uranium pour ensuite le convertir en pastilles et en grappes de combustible destinées aux réacteurs. Navire, chemin de fer, camion Production d’électricité et consommation

Source : Office national de l’énergie

Lorsque l’énergie sert à produire de la chaleur ou à fournir du travail (par exemple, l’essence pour faire rouler une voiture), elle est dite utile. Sa transformation à partir de la source d’énergie primaire, son transport jusqu’à l’utilisateur final et sa consommation par celui-ci entraînent néanmoins des pertes et des inefficacités.

La figure 1 montre que la grande majorité de l’énergie consommée au Canada est ultimement perdue. Les pertes peuvent se produire à n’importe quelle étape de la filière énergétique : production, conversion, distribution ou utilisation finale.

Figure 1 : Énergie utile et pertes au Canada (2013)

Figure 1 : Énergie utile et pertes au Canada (2013)

Source : Canadian Energy Systems Analysis Research

Description :

Ces deux graphiques illustrent l’énergie utile et les pertes d’énergie au Canada. Le graphique à colonnes empilées montre que seulement 25 % de l’énergie consommée par les secteurs du transport des personnes et du transport des marchandises est utile; les 75 % restants sont gaspillés. Quant aux secteurs résidentiel, commercial et institutionnel, et industriel, 75 %, 70 % et 58 % de l’énergie consommée est utile.

Si on examine l’ensemble de la demande énergétique du Canada, seulement 33 % de l’énergie consommée ou transformée est utile; 31 % est perdue dans l’utilisation finale, et 36 % dans la conversion et la transformation.

Dans le secteur de l’énergie, les pertes proviennent de l’utilisation d’énergie ou du processus de conversion. Les exemples sont nombreux : pensons notamment aux carburants et à l’électricité consommés tout au long de la chaîne d’approvisionnement de l’industrie pétrolière, ou encore aux pertes qui surviennent durant la production de l’électricité, son transport et sa distribution aux utilisateurs finauxNote de bas de page 7.

Les pertes à l’utilisation finale correspondent à l’écart entre la quantité de combustible et d’électricité consommée par l’utilisateur final et la quantité estimative d’énergie utile ultimement obtenue. Dans le transport des personnes et des marchandises, seulement 25 % (en moyenne) du carburant consommé par les véhicules et les navires sert réellement au mouvement. Les 75 % restants sont perdus dans la friction, la combustion, la chaleur d’échappement et la marche au ralenti.

Il est donc primordial de comprendre les processus de production, de transformation et de consommation de l’énergie et de trouver des moyens d’en augmenter l’efficacité si l’on veut réussir la transition énergétique. Il faut aussi savoir quelles quantités et quels types d’énergie sont consommés, et quels sont les effets environnementaux de nos besoins énergétiques.

Date de modification :