Régie de l'énergie du Canada – 2020–2021 – Plan ministériel

Aperçu de nos plans

La Régie est le nouvel organisme fédéral qui régit le secteur énergétique au Canada. Nous travaillons pour la population canadienne afin d’assurer l’acheminement sûr de l’énergie par pipelines et lignes de transport d’électricité partout au pays. Nous veillons avec assurance au respect des normes de sécurité et environnementales parmi les plus strictes au monde et fondons nos décisions sur les meilleures connaissances et données scientifiques disponibles, des processus rigoureux et les connaissances autochtones.

Gouvernance de la Régie

La nouvelle structure sépare de façon nette les fonctions liées au processus décisionnel des projets de celles qui concernent la gestion de la Régie. Cette structure de gouvernance moderne repose sur des pratiques exemplaires et comprend :

un conseil d’administration, dirigé par une présidente, qui administre la Régie et assure sa surveillance stratégique;

un président-directeur général, qui est responsable de la gestion des affaires courantes de la Régie et assume les fonctions d’un administrateur général;

une commission, dirigée par un commissaire en chef, à qui incombent les décisions juridictionnelles indépendantes.

Les questions énergétiques soulèvent les passions des Canadiens comme jamais. Nos outils, notre structure et notre gouvernance nous aident à tisser des liens solides et durables avec les peuples autochtones, les parties prenantes et tous les Canadiens qui sont touchés par la mise en valeur des ressources énergétiques. Nous cherchons de nouvelles façons de travailler ouvertement et de diffuser de l’information qui apporte un éclairage sur notre travail et aide à la prise de décision.

Nous sommes déterminés à rendre des décisions prévisibles et opportunes. La certitude qu’offrent nos processus aux parties prenantes et aux investisseurs stimule l’innovation et permet la construction de projets créateurs d’emplois pour les Canadiens.

Le portefeuille de la Régie est complexe. Il touche la vie de tous les Canadiens et suscite un débat enflammé. Pour bien nous acquitter de notre mandat dans ce contexte, et en appui au mandat du ministreNote de bas de page 2, notre travail sera axé sur les trois secteurs complémentaires décrits ci-après.

Réconciliation avec les peuples autochtones

Nous sommes déterminés à participer au processus de réconciliation en cours, à renouveler notre relation avec les peuples autochtones par la reconnaissance de leurs droits et dans un esprit de respect, de coopération et de partenariat. La transformation de notre façon de travailler avec les Autochtones et l’intégration du savoir autochtone à notre travail nous aidera à améliorer les résultats en matière de sécurité et de protection de l’environnement.

Nous savons que la réconciliation avec les peuples autochtones ne se fera pas du jour au lendemain. Nous sommes guidés dans ce travail par la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (« DNUDPA »)Note de bas de page 3, les appels à l’actionNote de bas de page 4 de la Commission de vérité et réconciliationNote de bas de page 5 et les Principes régissant la relation du Gouvernement du Canada avec les peuples autochtonesNote de bas de page 6.

Notre stratégie pour 2020–2021 repose sur la conviction profonde que, pour travailler autrement avec les communautés autochtones, nous devons mieux les connaître. Pour établir des relations solides sous le signe de la confiance, la connaissance de nos cultures respectives est indispensable, et c’est seulement grâce à de telles relations que nous pourrons élaborer conjointement des méthodes qui conviennent à tous. L’amélioration de nos compétences en matière de culture autochtone passe par la formation de nos employés en vue d’une meilleure compréhension historique et culturelle des peuples autochtones au Canada ainsi que des enjeux qui se posent à eux. Nous invitons les communautés autochtones à s’impliquer davantage, non seulement lors d’audiences, mais également dans le travail de surveillance pendant tout le cycle de vie des projets pipeliniers. Certains éléments nouveaux, comme le comité consultatif autochtone, viendront ancrer les points de vue des Autochtones dans l’établissement de notre stratégie et l’élaboration de programmes à la Régie.

Personnel et soutien aux effectifs

La Régie offre un milieu de travail agile, inclusif et outillé comme il est décrit dans le cadre de travail Au-delà de 2020Note de bas de page 7. Elle est guidée par les valeurs de respect envers les personnes, d’intégrité et d’excellence.

Les employés de la Régie sont motivés, compétents et font un travail de pointe de qualité en s’appuyant sur des méthodes novatrices, dont les retombées sont positives pour nos parties prenantes, nos partenaires, le secteur que nous réglementons et les Canadiens. Nous encourageons l’esprit d’initiative pour trouver des façons d’améliorer notre travail. Nous croyons que, lorsqu’on leur en donne les moyens, les membres d’une équipe diversifiée sont capables d’innovation et améliorent les résultats que nous souhaitons obtenir pour les Canadiens.

En 2020–2021, nous continuerons de développer des leaders dans toute l’organisation, de mettre en œuvre un système de gestion du rendement renouvelé, de promouvoir un milieu de travail sain sur le plan psychologique et d’améliorer nos compétences dans les deux langues officielles.

Transformation des données

Afin de mieux servir les Canadiens, nous sommes en train de revoir l’utilisation que nous faisons de l’information et son accessibilité. Nous cumulons depuis plus de 60 ans de l’information et des données sur la réglementation de projets énergétiques, notamment des données économiques sur le déplacement de l’énergie et des renseignements sur l’incidence des projets et des infrastructures sur l’environnement et les collectivités.

Les nouvelles technologies numériques nous permettent d’analyser nos données afin d’en dégager des tendances à titre préventif et de prendre rapidement des mesures pour prévenir les préjudices aux personnes et à l’environnement. Ces technologies, par ailleurs, améliorent notre efficience et, grâce à l’automatisation et à la rationalisation de nos processus, réduisent les erreurs.

En 2020–2021, la Régie investira dans la formation en science des données et le recrutement dans ce secteur, modernisera ses systèmes informatiques, utilisera les données pour automatiser les processus manuels, fera la promotion de la science ouverte et créera des façons inédites de consulter et d’utiliser facilement l’information et les données sur l’énergie.

Pour de plus amples renseignements sur les plans, les priorités et les résultats prévus de la Régie de l’énergie du Canada, consultez la section « Responsabilités essentielles : résultats et ressources prévus » du présent rapport.

Les risques organisationnels et les stratégies d’intervention connexes reliés à l’atteinte des résultats sont exposés dans le site Web de la RégieNote de bas de page 8.

Date de modification :