Aperçu des raffineries au Canada en 2018 – Évaluation du marché de l’énergie

Sommaire

Le Canada est le septième producteur mondial de pétrole brutNote de bas de page 1 et vient au troisième rang pour les réserves de cette ressource. Son industrie du raffinage est solide, ay ant la onzième capacité en importance dans le monde. Malgré tout, le Canada ne raffine qu’une fraction de sa production de pétrole brut. En effet, la plupart des raffineries canadiennes, construites à une époque où l’offre de pétrole brut léger était abondante, n’ont pas été conçues pour traiter les volumes croissants de pétrole brut lourd issu des sables bitumineux. Par ailleurs, elles importent d’importants volumes de pétrole brut, principalement léger, parce qu’elles n’ont pas toutes accès à la production de l’Ouest canadien.

Au Canada comme ailleurs, les raffineries se situent généralement au bord de voies navigables importantes, à proximité de lieux de production de pétrole brut ou de grands centres urbains. Leur emplacement est important, car il détermine la source et le type de matière première qu’elles raffinent.

Le Canada compte 14 raffineries et 2 raffineries d’asphalte, pour une capacité totale de raffinage de 295 000 mètres cubes par jour (« m³/j »), ou 1,9 million de barils par jour (« Mb/j ») (figure 3). Au pays, le Québec et le Canada Atlantique ont la plus grande capacité de raffinage, soit 124 000 m³/j (782 mille barils par jour [« kb/j »]), suivis de l’Ouest canadien avec 109 000 m³/j (683 kb/j) et de l’Ontario avec 62 000 m³/j (390 kb/j).

Les raffineries canadiennes produisent des produits pétroliers raffinés, notamment de l’essence, du diesel, du carburéacteur et du mazout de chauffage. Ces produits sont principalement destinés à la consommation intérieure; les quelques exportations se font en majorité de l’Atlantique.

Les raffineries situées à l’est des Prairies traitent principalement du pétrole brut léger classique. Les raffineries de l’Ouest canadien transforment davantage de brut issu des sables bitumineux que les raffineries de l’Est canadien. L’inversion de la canalisation 9 d’Enbridge, qui a rétabli le sens d’écoulement initial vers l’est, a eu pour effet de relier les sources de pétrole brut de l’Ouest canadien aux raffineries de Montréal et d’accroître le flux vers l’Ontario. Cette inversion a considérablement développé le marché pour les producteurs et les raffineurs de pétrole brut. Pour les premiers, elle a ouvert un nouveau marché où vendre leur production. Pour les seconds, elle a donné un accès par pipeline au brut de l’Ouest canadien, qui est relativement moins coûteux.

Bien que les raffineries du pays traitent plus de pétrole brut canadien que jamais auparavant, les raffineries de l’Est canadien continuent d’importer cette ressource pour satisfaire à leurs besoins. Elles sont ainsi exposées au marché mondial, davantage que les raffineries de l’Ouest canadien.

Date de modification :