Aperçu du marché : Utilisations du pétrole brut au quotidien

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@rec-cer.gc.ca.

Date de diffusion : 2022-10-12

Le pétroleDefinition* nous est utile depuis des millénaires, mais vers la fin des années 1850, qui marquent le début de l’ère moderne en la matière, les applications ont bien changé et ce que nous en faisons a beaucoup évolué. Aujourd’hui, il peut servir à plus de mille choses. On n’a qu’à penser à l’alimentation des voitures, camions, locomotives, centrales, usines et navires, aux lubrifiants, graisses, cires et revêtements d’asphalte ou aux dérivés pétrochimiques, comme les produits pharmaceutiques et les plastiques, présents dans notre vie quotidienne.

Le pétrole n’est pas utilisé sous sa forme brute et doit être raffinéDefinition* pour être utilisablesNote de bas de page 1. En général, ces produits pétroliers peuvent être divisés en combustibles (essence, diesel, carburéacteur, mazout lourd et gaz de distillation), produits industriels (asphalte, lubrifiants, cires, paraffines et coke) et charges d’alimentation pétrochimiquesDefinition* (naphte, gasoil, propane, butane et éthane). Même si les produits pétrochimiques comptent pour moins de 5 % ou 6 % de la demande totale de pétrole, c’est le groupe qui compte le plus grand nombre d’applications. Résines, revêtements, produits pharmaceutiquesNote de bas de page 2, fibres, solvants, plastiques et autresNote de bas de page 3 servent ainsi à fabriquer de nombreux produitsNote de bas de page 4 comme des chaussures de course, des vêtements et de l’équipement électronique.

En 2021, la demande canadienne de produits pétroliers s’est élevée à 1,64 million de barils par jour (« Mb/j »)Note de bas de page 5. Les combustibles représentent 81 % de celle-ci (avec l’essence à 43 % suivie des distillatsNote de bas de page 6 à 33 % et du carburéacteur à 5 %). Les applications industrielles et pétrochimiques pour leur part représentent la tranche restante de 19 % (avec l’asphalte à 3 % et les autres produits, notamment pétrochimiques, à 16 %) (figure 1).

Figure 1 – Demande de produits pétroliers au Canada en 2021

Demande de produits pétroliers au Canada en 2021
Source et Description

Source : Statistique Canada, Tableau 25-10-0081-01

Description : Ce graphique illustre la part des différents produits pétroliers consommés au Canada en 2021. Les « distillats » comprennent le carburant diesel, le mazout de chauffage et le gaz-oil. Par « Autres » il faut entendre les charges d’alimentation pétrochimiques, les lubrifiants, les cires et les produits divers.

La demande est saisonnière pour la plupart des produits pétroliers. Par exemple, la demande d’essence est plus élevée en été, car les gens conduisent alors davantage. Il en va de même pour l’asphalte, avec les revêtements routiers et les travaux d’entretien de la toiture des maisons. La demande de diesel est elle aussi saisonnière, mais c’est à l’automne et au début de l’hiver qu’elle est la plus élevée, au temps des récoltes, alors que celle de mazout de chauffageNote de bas de page 7 atteint un sommet en hiverNote de bas de page 8.

Même si le pétrole est présent dans bien des aspects de notre vie chaque jour, on déploie de plus en plus d’efforts pour le délaisser, au même titre que les autres combustibles fossiles. Selon l’Agence internationale de l’énergie, ce secteur est la source d’environ les trois quarts des émissions mondiales de gaz à effet de serre (« GES »). Les émissions du secteur de l’énergie au CanadaNote de bas de page 9 représentaient 80 % des émissions totales de GES du pays en 2020Note de bas de page 10. Le Canada s’est engagé à réduire ses émissions de 40 à 45 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030 et à atteindre la carboneutralité vers 2050. Si le Canada maintient son rythme actuel de réduction des émissions de sa filière énergétiqueNote de bas de page 11, la demande totale d’énergie au pays devrait diminuer en raison d’un besoin moins grand de pétrole brut et d’autres combustibles fossiles, d’une efficacité énergétique accrue et du recours croissant à aux énergies renouvelablesNote de bas de page 12.

Date de modification :