Aperçu du marché : Transportation de pétrole brut canadien par chemin de fer en 2021

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@rec-cer.gc.ca.

Date de diffusion : 2022-06-22

Même si la production est revenue aux niveaux d’avant la pandémie, les volumes de pétrole brut canadienDefinition* exportés par chemin de fer, eux, ont régressé de 14 % en 2021, s’établissant en moyenne 145 800 barils par jour (« b/j ») comparativement à environ 170 400 b/j en 2020. Parallèlement, les exportations totales de ce même pétrole ont augmenté d’environ 3 % en 2021 par rapport à 2020 et c’est une capacité pipelinière accrue, au Canada et aux États-Unis, qui a permis en grande partie de répondre aux besoins supplémentaires en transportNote de bas de1.

Les pipelines constituent généralement le mode de transport privilégié pour le pétrole brut. Ils comptaient d’ailleurs pour 89 % des exportations de ce produit en 2021 et 87 % en 2020. Cette préférence est en partie attribuable à des coûts d’acheminement plus bas par baril. On s’en remet d’habitude au transport ferroviaire lorsque la capacité pipelinière est limitée ou que l’écart de prix entre les bruts canadien et américain est suffisamment grand pour justifier des coûts plus élevés.

Le prix le plus souvent cité pour le pétrole brut canadien est celui du Western Canadian SelectDefinition* (« WCS »), un mélange de lourd corrosif provenant de l’Ouest du pays, qu’on compare à celui du West Texas IntermediateDefinition* (« WTI »), léger et non corrosif produit aux États-Unis. La figure 1 montre comment les exportations par chemin de fer de brut canadien ont tendance à fluctuer en fonction de l’écart de prixDefinition* entre le WTI et le WCSNote de bas de2Note de bas de3.

Figure 1 – Exportations de brut par chemin de fer et écarts de prix (WTI – WCS)

Sources et Description

Sources : Prix – NE2 Group Inc. (en anglais); volumes par chemin de fer – Données mensuelles de la Régie sur les exportations de pétrole brut canadien par chemin de fer

Description : Cette figure illustre les exportations mensuelles moyennes de brut canadien par chemin de fer, en b/j (axe de gauche), ainsi que l’écart de prix entre le WTI et le WCS, en $ US/b, (axe de droite)Note de bas de4. Ces exportations ont tendance à fluctuer en fonction de l’écart de prix, qui augmente considérablement à la fin de 2018, fléchit au début de 2020, en début de pandémie, puis se stabilise.

Après les sommets et creux historiques de 2020, 2021 a été une année beaucoup plus stable pour les exportations de brut par chemin de fer. Depuis les creux attribuables à la pandémie de COVID-19, les volumes annuels moyens d’exportation de brut par chemin de fer en 2021 ont augmenté, pour se situer juste en deçà de la moyenne de 150 000 b/j calculée sur dix ans, mais constituaient quand même la moyenne la plus basse depuis 2017. Les volumes d’exportation de brut canadien par chemin de fer vers la côte américaine du golfe du Mexique (PADD IIIDefinition*) ont enregistré la plus forte baisse, supérieur à 20 000 b/j en 2021 par rapport à 2020, jusqu’à des niveaux qu’on n’avait pas connus depuis 2017Note de bas de5.

Reprise de la production de brut au Canada sans toutefois que les exportations par chemin de fer ne se hissent jusqu’aux niveaux d’avant la pandémie

Bien que la production et les exportations canadiennes de pétrole brut soient retournées aux niveaux antérieurs à la pandémie en 2021, les exportations de brut par chemin de fer sont demeurées beaucoup plus faibles que pendant la majeure partie de 2019 ou qu’au début de 2020. Les facteurs expliquant cette situation sont nombreux. D’abord, l’ajout de capacité pipelinière à la sortie de l’Ouest canadien à l’automne 2021 a réduit le besoin de transport ferroviaireNote de bas de6. Ensuite, des ajouts récents de capacité aux États-Unis ont permis de transporter davantage de la production de l’Ouest canadien vers la côte américaine du golfe du Mexique, l’une des principales destinations des exportations de brut canadien par chemin de ferNote de bas de7. Enfin, les écarts de prix du pétrole brut canadien sont demeurés faibles pendant la majeure partie de 2021 et n’ont pas incité les sociétés à se tourner davantage vers les wagons-citernes.

Depuis octobre 2021, les volumes d’exportation de brut par chemin de fer, même s’ils avaient baissé, se sont maintenus autour de 132 000 b/j jusqu’en février 2022, alors qu’ils ont reculé à 124 800 b/j. En dépit d’un prix supérieur à 100 $ US/b pour le WTI et d’autres types de pétrole dans le monde au début de 2022, les écarts par rapport au brut canadien sont généralement demeurés constants. La capacité pipelinière à la sortie de l’Ouest canadien continue d’être très utilisée, bien que souvent de faibles volumes deviennent temporairement disponibles lorsque les producteurs dans la région des sables bitumineux réduisent leur production pour les travaux d’entretien courant qui commencent au printemps.

Date de modification :