Aperçu du marché : Les stocks de propane au Canada sont prêts à affronter l’hiver

Contactez nous

Fil RSS – Information sur l’énergie

Commentaires, questions ou suggestions portant sur les aperçus du marché peuvent être envoyés à l’adresse apercus@rec-cer.gc.ca.

Date de diffusion : 2022-11-09

Au Canada, le propaneDefinition* sert surtout au chauffage des bâtiments, et les stocks accumulés durant l’été, quand la production surpasse la demande, permettent de répondre à la demande accrue en hiver. Les stocks de propane conservés dans des installations souterrainesDefinition* au Canada s’établissaient à 11,6 millions de barils au 1er octobre 2022, une augmentation de 9,2 millions de barils depuis avril. Ils se maintenaient sensiblement au niveau de la moyenne sur cinq ans de 11,8 millions de barils.

Sur le plan régionalNote de bas de page 1, quelques 7,5 millions de barils étaient stockés dans l’Ouest canadien et 4,0 millions en Ontario. Les stocks dans l’OuestNote de bas de page 2 étaient légèrement supérieurs à la moyenne sur cinq ans de 7,3 millions de barils, tandis que ceux de l’Ontario se situaient quelque peu en-deçà de la moyenne sur cinq ans de 4,5 millions de barils.

Figure 1 – Stocks de propane conservés sous terre au Canada

Source et Description

Source : Régie – Stocks de GPL conservés sous terre

Description : Ce graphique linéaire interactif illustre les stocks de propane conservés sous terre au début de chaque mois dans l’Ouest canadien, en Ontario et dans l’ensemble du pays. Le graphique de chaque région présente les stocks souterrains en 2022 (janvier à octobre), ainsi que la moyenne sur cinq ans (2017 à 2021).

Au Canada, les stocks ont atteint leur plus bas niveau à 2,3 millions de barils en avril, puis ont augmenté pour s’élever à 11,6 millions de barils en octobre. La moyenne sur cinq ans pour le mois d’octobre est de 11,8 millions de barils.

Dans l’Ouest canadien, les stocks ont atteint un creux de 2,0 millions de barils en avril, avant de remonter pour se situer à 7,5 millions de barils en octobre. La moyenne sur cinq ans pour le mois de septembre est de 7,3 millions de barils.

En Ontario, les stocks ont plongé à 384,000 millions de barils en avril, puis sont repartis à la hausse pour totaliser 4,0 millions de barils en octobre. La moyenne sur cinq ans pour le mois d’octobre est de 4,5 millions de barils.

Le propane est stocké (injectéDefinition*) en vrac dans des cavernes souterraines pendant les mois plus chauds de l’été, lorsque la production surpasse la demande. Il en est retiré pendant les mois d’hiver plus froids, au moment où la demande excède la production. En général, c’est à partir d’octobre qu’on puise davantage dans les stocks de propane qu’on en injecte dans les réservoirs. La période d’octobre à avril est communément désignée la « saison de chauffage ». Elle mène à la période où les stocks sont à leur plus bas, en avril.

L’hiver est le moment de l’année où la demande de propane est la plus incertaine. Quand l’hiver est très froid, cette demande peut être beaucoup plus élevée et exercer une pression sur les stocks. L’existence de stocks en quantité suffisante procure une protection contre les hivers très froidsNote de bas de page 3 et d’autres perturbations de l’approvisionnement en propaneNote de bas de page 4.

On stocke aussi du propane en surface dans des réservoirs en forme de torpilleDefinition* disposés dans des collectivités situées plus près des marchés de consommation. Ces réservoirs peuvent être chargés rapidement sur des camions qui assurent ensuite la livraison du produit aux consommateurs. L’essentiel de la capacité de stockage de propane au Canada est souterraine.

La Régie recueille des données et produit des rapports mensuels sur le stockage souterrain de propane et de butane au Canada. Aux États-Unis, les données sur le stockage sont recueillies par l’Energy Information AdministrationNote de bas de page 5 qui produit elle aussi des rapports.

Date de modification :